14-18 edito

nomsL’année 1917 est le tournant de la guerre. En effet , les révolutions russes, en février puis en octobre, aboutissent à la demande d’armistice des Russes en novembre. Les Empires Centraux allemand et autrichien ramènent des troupes vers le front occidental. Et en avril. les USA entrent dans la guerre, Cela permet aux pays de l’Entente de recevoir d’abord des vivres et du matériel, puis des renforts en hommes.
Sur le front français, en avril, le général Nivelle lance une offensive au Chemin des Dames. C’est un échec coûteux en vies humaines et l’une des causes des mutineries de 1917.

A Saint Pierre , le village est de nouveau endeuillé par la mort de 6 de ses hommes partis à la guerre. 4 meurent dans les combats et 2 de maladie. Voici, par ordre chronologique des décès, les informations que nous avons pu recueillir à leur sujet, en croisant les données des registres d’Etat Civil, des fiches matricules militaires et du site Mémoire des Hommes.

Depuis le début de nos recherches en 2014, un des morts inscrits sur le monument résistait à nos investigations: Henri Chabannes. Était-il de la famille de Gaston Chabannes, qui remplaça le maire mobilisé et fut le signataire des actes d’Etat Civil au cours de la période? Non !
La bonne piste se trouve dans le recensement de 1921 où nous repérons Eugénie Chabannes, veuve, née en 1861 à Roullet (près d’Angoulême) , répertoriée comme couturière, et en âge d’être la mère d’un combattant de 14.

Par ailleurs, le 19 février 1914 a lieu le mariage de Marie-Louise Chabannes avec Pierre Bentéjac. L’épouse, née à Saint-Pierre en 1894 est la fille d’un certain Louis Chabannes, décédé et de Eugénie Aroy. Cette dernière exerce la profession de ….. couturière et habite St-Pierre. Les 2 Eugénie semblent être la même personne. Mais pas de trace du mariage de Louis et Eugénie dans les registres de St-Pierre!