14-18 edito

Le travail de la commission sur les morts de 1916, les poilus de la commune de St Pierre d'Aurillac qui ont participé à Verdun ou à la bataille de la Somme

verdun1916. Troisième année de guerre. L'année est marquée par les batailles de Verdun et de la Somme. A Saint Pierre on apprend la mort de Martin et Lucien Lajoinie, tués dans les environs de Verdun en mars et août 1916.
Ils étaient frères. La famille, originaire de Dordogne, était arrivée dans la vallée de la Garonne une quinzaine d'années auparavant. Voici l'histoire de la famille.
Les parents, Pierre Lajoinie et Marie Léonard, ouvriers agricoles, se marièrent en octobre 1868 à la Douze, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Périgueux. Entre 1870 et 1888, Marie met au monde 10 enfants, 3 meurent en bas-âge. L’aînée des filles, Françoise, née en 1872, se marie en 1888 et donne naissance à son premier enfant, Adrien Charrière en 1889. Lors du recensement de 1891 restent au foyer parental 6 enfants : 3 filles, Marie, Juliette et Joséphine, et 3 garçons, Joseph, Martin et Marcel dit Lucien qui ont entre 3 et 18 ans. En 1892 le père meurt. La famille migre vers la vallée de la Garonne et se déplace au grès des embauches : Monségur, Sainte Croix du Mont, Caudrot, Loupiac, Saint Pierre… En 1911 la mère, Marie Léonard, est domestique à Lafitte. Le fils aîné, Joseph Lajoinie, est mort prématurément en 1905 à Sainte Croix du Mont, âgé de 28 ans. Deux des enfants se sont mariés à Saint Pierre, Juliette, née en 1882, a épousé en 1903 Jean, dit Laurent, Lafourcade, sabotier et Martin, né en 1879, à épousé en 1907 Suzanne Julia Bergeron, venue, elle, des Basses-Pyrénées. Chacun des deux couples a un fille. Simone Lafourcade est née en 1904 et Marie-Louise Lajoinie en 1907.